Bilan de la Journée Technique et de l'AG à Penol le 2 avril 2019

Avec une cinquantaine de participants, la journée du 2 avril à Penol, organisée avec le Groupe SERFIM, adhérent du RISPO, a été un succès.

Après une AG2019 qui a permis de présenter aux adhérents une association en plein développement, les participants ont assisté à la synthèse de l'étude RISPO-GRDF sur les complémentarités entre compostage & méthanisation.

Puis, la journée a permis de découvrir le SICTOM DE LA BIEVRE à Penol (38260), territoire rural de 100 000 habitants dans l'Isère. L'usine de traitement mécano-biologique traite près de 25 kt/an d'ordures ménagères résiduelles en couplage avec une ISDND. La plateforme de compostage de boues de Montremond traite un flux de 26 kt/an.

Pour mémoire, le programme était le suivant :

 

9h00/9h30   : accueil café

9h30/10h30 : Assemblée Générale Ordinaire 

10h30/11h   : bilan enquête RISPO-GRDF complémentarité compostage/méthanisation

11h/11h05   : mot d'accueil du Président du SICTOM, André GAY 

11h05/11h30 : caractéristiques du SICTOM

11h30/12h15 : unité de traitement construite et exploitée par SERFIM

12h30/14h    : déjeuner convivial

14h00/15h30 : visite des installations du SICTOM

15h30/16h30 : visite de la Compostière de Montremond

16h30/16h45 : fin de la Journée Technique

 

Plusieurs adhérents publics et privés du RISPO s'engagent en faveur des mélanges de résidus organiques !

Aux côtés de diverses collectivités (SIVOM Durance Alpilles, Communauté de Communes de Haute Maurienne Vanoise, Syndicat d'Assainissement de Bagnols sur Cèze et sa Région, Communauté de communes Vallée des Baux-Alpilles, communes de Chateaurenard et Rognonas), la société SOTRECO, qui exploite une plateforme de compostage de boues à Chateaurenard (13), a fourni au RISPO une attestation en faveur du compostage des boues d'épuration (avec la société BERGERON).

On rappelera également le courrier daté du 30 mai 2018 signé par le VP de la Région AURA et du Préfet de Région au Ministère de l'agriculture (et resté sans réponse !).

Mise en péril de la filière de valorisation organique (suite), la profession s'organise en Task Force et communique

Pour défendre la filière de recyclage des résidus organiques, une Task Force s'est constituée avec des associations d’élus associées à des professionnels de l’assainissement et de la valorisation organique collective (RISPO, AMF, AMORCE, FNADE, FNCCR, FP2E, SYPREA).

Le 12 mars, cette task force a pris position via un communiqué de presse pour demander à ce que cette filière, qui produit des matières fertilisantes de qualité (normalisées, hygiénisées), soit au contraire encouragée.

A la suite, une initiative du SYPREA a produit, sur un ton très pédagogique avec la participation de Maître Emma Babin, une petite vidéo pour faire un point réglementaire sur le compostage et le retour au sol des résidus organiques.

Enfin, on diffusera l'invitation à participer les 14-15-16 mai au Colloque IDSA sur les intrants durables au service des sols agricoles, urbains et périurbains - Biocitech Romainville-Grand Paris. Vous y retrouverez parmi de nombreux intervenants le RISPO qui participera à la Table Ronde de clôture.

Mise en péril de la filière de valorisation des résidus organiques : le RISPO lance une campagne de soutien auprès des élus locaux !

S'inscrivant dans le cadre des politiques publiques pour l’économie circulaire et la transition énergétique, les évolutions réglementaires en cours de discussion menacent l’activité de nombreux adhérents du RISPO. Ainsi, la possible interdiction du mélange des boues avec des déchets verts, de la codigestion sur station d'épuration, de la disparition du statut de produit pour les composts normalisés conjointement avec des évolutions sur les plans d'épandage, mettent très gravement en péril l’économie des industriels du compostage.

Pourtant, le mélange de boues, riches en azote, avec des déchets verts ou des biodéchets permet d’obtenir le rapport C/N optimal pour assurer la production d’un bon compost. 

 

Aussi, membre de la task force pour le retour au sol des résidus organiques, le RISPO, dans la suite des actions engagées, lance le 17 mars une campagne pour défendre la filière de la valorisation organique. Par l'intermédiaire de tous ses membres et sympatisants, le RISPO demande aux collectivités locales de témoigner de leur attachement à la filière du recyclage organique. Une attestion est à télécharger ci-dessous et à retourner signée par voie postale au siège de l'association  : 116 rue Pierre Dumond 69 290 Craponne 

Pour défendre les intérêts de la profession du recyclage des résidus organiques, le RISPO sollicite un entretien avec les Ministres de la Transition écologique et de l’Agriculture

Sachant que dans le cadre des politiques publiques pour l’économie circulaire et la transition énergétique, les évolutions réglementaires en cours de discussion menacent l’activité de nombreux professionnels de la valorisation organique, les adhérents du RISPO ont décidé de se manifester. En effet, la possible interdiction du mélange des boues avec des déchets verts et la disparition du statut de produit pour les composts normalisés mettent très gravement en péril l’économie des industriels du compostage.  

Ces dispositions, qui font peser de très lourdes incertitudes sur l'ensemble des installations de compostage, demandent donc un arbitrage rapide des pouvoirs publics. C'est dans ce contexte et afin de solliciter un rdv, que deux courriers ont été adressés le 13 février 2019, à M. François de Rugy, Ministre de la Transition écologique et solidaire, et à M. Didier Guillaume, Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation.

 

En réponse et daté du 7 mars 2019, un courrier de Thibault LECLERC, chef de cabinet du ministre François de RUGY, nous a été adressé dans l'objectif de fixer un rdv avec Cédric BOURILLET, directeur de la prévention des risques.

 

Bilan de la Journée Technique sur les odeurs à Alès le 5/02/2019

 

Plus d'une soixantaine de professionnels ont participé à cette belle journée co-organisée avec les Agriculteurs Composteurs de France, Jean-Louis FANLO de l’Ecole des Mines d’Alès, et la société Alliance Environnement sur la thématique des nuisances olfactives. Pour mémoire, le programme des réjouissances était le suivant :

 

 

- accueil café

 - mots d’accueil du RISPO et des Agriculteurs Composteurs de France

- Anne-Sophie CLINCKE, INERIS :  volet réglementaire

- Jean-Louis FANLO, OLENTICA - Ecole des Mines : approche pratique du risque olfactif

- Stéphane TRIAIRE, Alliance Environnement : le compostage des boues par CEVAL

- Jacques BOURCIER, Olfacto Ingénierie : ventilation dynamique, traitement de l’air  

- RISPO & Agriculteurs Composteurs de France : retours d'expériences d'exploitants

                              Cindy COQ, ALCYON

                              Jean-Christophe PEROT, SEDE

 - repas/buffet convivial

 - Jean-Marc EHRY, SUEZ Organique et Fabrice BLANCO, CLAUGER  : témoignage que faire en cas de crise ?

 

- visite du site de compostage de boues, CEVAL, Alliance Environnement - SAUR

 

Save the date : Assemblée Générale 2019 du RISPO couplée avec une JT sur l'usine de traitement mécano-biologique du SICTOM DE LA BIEVRE à Penol (38260)

Moment particulier de la vie du Réseau, l'Assemblée Générale 2019 se tiendra comme à son habitude sur un site de traitement des déchets organiques.

 

En partenariat avec le Groupe SERFIM, adhérent du RISPO, et avec la coopération du SICTOM DE LA BIEVRE à Penol (38260), une journée est organisée pour les adhérents le 2 avril 2019.

Les conférences et la visite du site sont ouvertes aux non adhérents du RISPO.

Le programme et le bulletin d'inscription sont en cours de finalisation et seront accessibles début 2019 sur le site web de l'association.

Bilan du séminaire du RISPO en Suisse : un franc succès avec des visites exceptionnelles

Un bilan des 4 sites industriels visités par les adhérents du RISPO est proposé à tous.

 

Vous trouverez ainsi, outre le programme et le dossier de presse, d'une part deux compte-rendus, rédigés par Mitra TEHRANCHI, Chargée de projets Filières et Métiers chez NOREMAT, et par Jean-Luc MARTEL, expert en traitements biologiques des déchets, et d’autre part une analyse du marché de la gestion des biodéchets en Suisse réalisée par Yves MEMBREZ, directeur du Cabinet EREP.

 

Enfin, une synthèse en 3 leçons des enseignements est esquissée ci-après, avec tout d'abord comme :

 

- leçon n°1 : chacun des sites visités obéit à une équation économique qui lui est propre, en adéquation avec son territoire ! En termes d'équation économique, tout est possible suivant la situation, avec alorisation électrique, biométhane, et chaleur...

Ainsi, chez ECORECYCLAGE géré par M. GERMANIER, le prix de vente du kwh biométhane est de 0,04 ct CHF, avec un prix à l'entrée des biodéchets de 100 CHF la tonne. Sur la seconde installation La Coulette, qui ne met en oeuvre que le seul compostage sans méthanisation à ce jour, le tarif d'entrée est identique. Quant à la troisième unité visitée, AGROGAZ celle de M. PETERMAN, le biogaz est valorisé par cogénération pour un tarif de rachat de l'électricité de 0,4 ct CHF, avec un réseau local de chaleur pour les étables, le séchage du foin, du bois... Le prix à l'entrée est de 2 CHF par tonne pour les lisiers, fumiers...etc. Cette installation agricole est autorisée par la réglementation suisse à accepter 20% de déchets exogènes, comme les drêches de brasserie, les effluents organiques de l'usine Nestlé de café, mais également des marchés spot. Après séparation de phase, le digestat liquide est valorisé par un réseau enterré pouravec une recette de matière fertilisante de 2 CHF la tonne ! Enfin, dernière installation visitée, la SATOM, Syndicat public constituée de communes, valorise par méthanisation puis compostage les biodéchets collectés auprès des particuliers comme des gros producteurs. Compte tenu de sa logique de "service public", le modèle économique est plus difficile à appréhender... 

 

- leçon n°2 : le lecture du concept de biodéchets est très variable. Ainsi, si la compréhension hexagonale vise de façon prédiminante les déchets de cuisine des particuliers, le constat réalisé chez nos voisins Helvètes correspond à une réalité bien différente ! Sur les installations visitées, les biodéchets sont de façon ultra-majoritaires des déchets verts, avec à peu près 15% de déchets de cuisine (cela sur l'année en lissé).

 

- leçon n°3 : plus une poubelle est collective (maison individuelle versus immeuble vertical), plus la qualité des biodéchets diminue. En bref, les Suisses, comme les Français, produisent donc un flux réduit de biodéchets contaminés par des plastiques et autres indésirables : le mythe du déchets organiques pur est une chimère !

 

Inscription à la Journée Technique à Alès le 5 février 2019 sur la "Gestion des odeurs"

Alors que la feuille de route pour l’économie circulaire (FREC) a pour objectif de développer le recyclage des déchets organiques par retour au sol et production d’énergie verte, la problématique des odeurs dues aux fermentations naturelles, source majeure de nuisance, ne peut être négligée. Voir le programme complet avec visite et l''accès inscription sur le pdf ci-dessous.

Bilan de la Journée Technique du RISPO à Chagny le 21 juin 2018

Gros plan sur l’usine ECOCEA de Tri Méthanisation Compostage des déchets ménagers

Par une belle journée ensoleillé de juin 2018, une cinquantaine de professionnels s’est rassemblée sur l’usine de valorisation des ordures ménagères résiduelles du SMET71 pour écouter le témoignage des acteurs du projet et visiter les installations industrielles.

Après un exposé très complet du vice-président Landry LEONARDNadia PERRISSOUD du bureau d’études GIRUS a rappelé les points majeurs de la mission d’assistance à la maîtrise d’ouvrage.

Puis, l'exploitant et constructeur de l’unité, Philippe TESTEVUIDE de TIRU a présenté les bilans matières et énergie constatés sur 2017, soulignant l’excellent rendement obtenu sur la fraction organique avec un ratio moyen de 157 Nm3/t de FFOM. Cette intervention a également permis d’aborder les points de vigilance du process de méthanisation et les enjeux liés aux approvisionnements.

Intervenants suivants, Julien SCHMIT de GRTgaz, puis Adeline LEGER de TERREAL ont souligné les critères de succès, économiques, réglementaires et techniques, nécessaires pour assurer la valorisation du biométhane produit à partir des déchets sur la tuilerie mitoyenne, visée par les quota de CO2.

Enfin, last but not least, Christine BOULLY de la Coopérative Bourgogne du Sud a détaillé les nombreux bénéfices associés à la valorisation agronomique du compost normalisé NFU44051 produit sur l’usine ECOCEA.

La journée s'est prolongée un peu après l'horaire initialement prévu, forte de son succès et de l'intérêt suscité afin de répondre aux nombreuses questions posées par les participants. L'article paru dans la presse locale est accessible ci-dessus.

 

Accès aux présentations de la Journée Technique du RISPO SMET71 à Chagny du 21 juin

  •  
  •  

Le RISPO recherche un stagiaire

Afin d'accompagner son développement et mener des études techniques, le RESEAU INTERPROFESSIONNEL SOUS-PRODUITS ORGANIQUES, recherche un stagiaire. 

Toutes les informations sont disponibles via le pdf à télécharger ci-dessous.